Prochain GP

Les saisons
Les équipes et les pilotes
Recherche



Saison 2005 - GP de Chine

Les essais qualificatifs :

  • Résumé :
Les conditions météo étaient au beau fixe pour la séance de qualification du Grand Prix de Chine. Disqualifié à Suzuka, c’est Takuma Sato qui était le premier à tenter sa chance cet après-midi.

Juan Pablo Montoya s’élançait ensuite à l’assaut du meilleur chrono possible. Le Colombien se hissait logiquement en tête de la hiérarchie grâce à un tour en 1’35.188 – pratiquement deux secondes de mieux que Sato.

Jarno Trulli ne pouvait pas rivaliser avec la performance de Montoya mais bouclait un tour correct au volant de sa Toyota. Accablé par une rupture de suspension vendredi, par une sortie de route samedi matin, Antonio Pizzonia terminait sa prestation du jour à 4 dixièmes de Trulli.

Christijan Albers maîtrisait tant bien que mal les glissades de sa PS05 – et ne parviendra pas à descendre sous la barre des 1’39. Robert Doornbos, au volant de la deuxième Minardi ne fera pas mieux que son compatriote.

Narain Karthikeyan s’élançait ensuite pour tenter de rééditer la performance entrevue lors de la 4ème libre. L’Indien réussissait au final à devancer Pizzonia. Plus en délicatesse avec le comportement de son EJ15B, Tiago Monteiro se voyait pris en sandwich par les deux Minardi.

Jacques Villeneuve et sa Sauber allaient échouer à quelques millièmes derrières la Jordan de Karthikeyan. Pour sa dernière qualification en rouge, Rubens Barrichello se battait bec et ongle pour hisser sa F2005 devant la Toyota de Trulli. Felipe Massa parvenait lui aussi à prendre l’ascendant sur Jarno.

Auteur de quelques erreurs de parcours, Christian Klien devait se contenter de prendre le sillage de Pizzonia. Parti le couteau entre les dents, Ralf Schumacher réussissait à inviter sa Toyota devant la Sauber de Massa.

Michael Schumacher bouclait un tour satisfaisant qui voyait sa F2005 se rapprocher à un dixième de la MP4/20 de Montoya. David Coulthard effectuait un sans faute à bord de sa Red Bull Cosworth et se payait même le luxe de précéder la Ferrari de Barrichello.

Jenson Button réalisait le meilleur temps dans le premier secteur et conservait le même rythme jusqu’au drapeau à damiers où le jeune anglais avait la satisfaction de voir son nom apparaître à la première place.

Mark Webber n’aura pas autant de réussite et se contentait de la 10ème place finale – la faute à un allumage des roues au freinage en bout de ligne droite.

Fernando Alonso ne laissait pas le doute s’installer un instant – le champion du monde 2005 améliorant chacun des temps de passage pour finalement installer sa R25 en première position. Giancarlo Fisichella rejoignait son équipier en tête de la hiérarchie avant que Kimi Raikkonen n’entre en scène.

Le Finlandais ne parviendra pas à éviter quelques écarts et devra se contenter d’une place en deuxième ligne demain au départ.
  • La grille de départ :
F. Alonso  
1'34"080 G. Fisichella
  1'34"401
K. Raikkonen  
1'34"488 J. Button
  1'34"801
J.P. Montoya  
1'35"188 M. Schumacher
  1'35"301
D. Coulthard  
1'35"428 R. Barrichello
  1'35"610
R. Schumacher  
1'35"723 M. Webber
  1'35"739
F. Massa  
1'35"898 J. Trulli
  1'36"044
A. Pizzonia  
1'36"445 C. Klien
  1'36"472
N. Karthikeyan  
1'36"707 J. Villeneuve
  1'36"788
T. Sato  
1'37"083 C. Albers
  1'39"105
T. Monteiro  
1'39"233 R. Doornbos
  1'39"460


La course :
Seuls deux points séparent McLaren de Renault avant le départ de ce Grand Prix de Chine. A l'avantage de Renault. L'équipe McLaren semblait pourtant de taille à surmonter ce petit handicap pour coiffer le titre mondial des constructeurs.

Mais, une fois n'est pas coutume, Raikkonen n'a jamais pu menacer Alonso pour la victoire aujourd'hui. Quant à Juan Pablo Montoya, il a été une fois de plus malchanceux en entrant en contact avec... une plaque d'égout! Pour le Colombien, il est temps que les vacances arrivent, ne fut-ce que pour se changer les idées.

Ce Grand Prix commence par un premier coup de théâtre: la Ferrari de Michael Schumacher est percutée par la Minardi de Christijan Albers alors qu'ils allaient placer leur monoplace sur la grille, une demi-heure avant le départ.

Les deux voitures étant sérieusement abîmées, Albers et Schumacher sont donc contraints de partir au volant de leur voiture de réserve depuis l'allée des stands. Un départ que Narain Karthikeyan prendra aussi des stands puisque le pilote indien de l'équipe Jordan a décidé de rentrer à la fin du tour de formation.

A l'extinction des feux, Fernando Alonso prend un départ parfait et s'engouffre dans le premier virage en tête. Derrière lui, Fisichella bloque les deux McLaren et prend la seconde position. Suivent Raikkonen, Montoya, Button, Coulthard, Barrichello, Ralf Schumacher, Webber, Trulli, Massa, Sato, Klien, Pizzonia, Villeneuve, Monteiro, Michael Schumacher, Doornbos, Albers et Karthikeyan.

Grâce à l'aide de Fisichella, qui retient les deux McLaren derrière lui, Alonso peut prendre le large seul en tête. Pendant ce temps, Takuma Sato passe par son stand pour purger une pénalité qui lui a été infligée pour départ volé.

Le classement au 6e tour: Fernando Alonso, Giancarlo Fisichella (+6,9 secondes), Kimi Raikkonen (+8), Juan Pablo Montoya (+9,2), Jenson Button (+11,9), David Coulthard (+12,8), Rubens Barrichello (+15,6), Ralf Schumacher (+16,6), Mark Webber (+17,4), Jarno Trulli (+19,7), Felipe Massa (+22,1), Christian Klien (+23,2), Antonio Pizzonia (+23,9), Jacques Villeneuve (+26,3), Tiago Monteiro (+29,9), Michael Schumacher (+33), Robert Doornbos (+35,1), Narain Karthikeyan (+41,2), Takuma Sato (+43,4), Christijan Albers (+44,3).

Alonso creuse l'écart irrémédiablement et au 13e tour il compte déjà 14,4 secondes d'avance sur Fisichella, 15,8 sur Raikkonen, 16,3 sur Montoya et 19,8 sur Button. Fisichella ne bloque pas vraiment Raikkonen, car ce dernier ne parvient pas à se rapprocher de la Renault pour l'attaquer. C'est bien sûr une bonne affaire pour Alonso.

Tiago Monteiro est le premier à ravitailler au 15e tour. Suivent Albers au 16e, Coulthard, Trulli et Doornbos au 17e, Montoya et Button au 18e... et la voiture de sécurité rentre pour que les commissaires puissent enlever un débris qui se trouve sur la piste.

Et bien sûr, tout le reste du peloton en profite pour ravitailler. Seul Michael Schumacher décide de ne pas passer par son stand. Malheureusement, Juan Pablo Montoya doit passer une seconde fois par son stand pour changer son pneu avant gauche. En fait, le Colombien a roulé sur ce fameux débris en piste (qui n'est rien d'autre qu'un morceau d'un vibreur! Probablement une plaque d'évacuation d'eau...)

Le classement derrière la voiture de sécurité: Alonso, Fisichella, Raikkonen, Barrichello, Ralf Schumacher, Webber, Button, Coulthard, Massa, Michael Schumacher, Klien, Pizzonia, Villeneuve, Montoya, Trulli, Monteiro, Sato, Karthikeyan, Doornbos, et Albers.

Second coup de théâtre, Michael Schumacher sort de la piste alors qu'il se trouve sous le régime de la voiture de sécurité! Il était dit que cela n'allait pas être son week-end.

La voiture de sécurité libère le peloton au début du 24e tour. Pour Renault et Alonso, tout est à refaire puisqu'il n'y a plus que trois secondes entre lui et la McLaren pilotée par Raikkonen. Heureusement, Fisichella est toujours en seconde position et peut contrôler la seule McLaren encore en piste. La seule? Oui, car Montoya rejoint son stand peu après le retrait de la voiture de sécurité et abandonne. Une catastrophe pour l'équipe McLaren qui perd là le titre mondial des constructeurs.

C'est au 29e tour que la course est une nouvelle fois perturbée par la très grosse sortie de piste de Narain Karthikeyan. Le pilote Indien est indemne, mais il a eu de la chance, car sa voiture commençait à prendre feu et il avait bien du mal à en sortir. La voiture de sécurité entre une nouvelle fois en piste pour que les commissaires puissent enlever les innombrables débris sur la piste.

Tout le monde, ou presque, rentre pour ravitailler... et Raikkonen en profite pour prendre l'avantage sur Fisichella dans les stands. A noter que Ralf Schumacher, Massa et Klien n'ont pas profité de cette voiture de sécurité pour ravitailler. C'est ce qui explique leur bon classement.

Le classement au 31e tour, derrière la voiture de sécurité: Alonso, Ralf Schumacher, Massa, Klien, Raikkonen, Fisichella, Barrichello, Sato, Webber, Monteiro, Button, Coulthard, Trulli, Villeneuve, Pizzonia, Doornbos, et Albers.

La voiture libère le peloton à l'entame du 34e tour et Alonso peut prendre immédiatement le large. Quant à Takuma Sato, ce nouveau "départ" est fatal à son moteur. Il abandonne.

Le classement au 37e tour: Fernando Alonso, Ralf Schumacher (+2,9 secondes), Felipe Massa (+4,6), Christian Klien (+5,2), Kimi Raikkonen (+7,5), Giancarlo Fisichella (+10,2), Rubens Barrichello (+13,6), Mark Webber (+14), Jenson Button (+14,7), David Coulthard (+17,6), Tiago Monteiro (+20,3), Jarno Trulli (+21,4), Jacques Villeneuve (+27,6), Robert Doornbos (+29,2), Antonio Pizzonia (+31,4) et Christijan Albers (+1 tour).

Barrichello, en difficulté avec ses pneumatiques, bloque ses roues avant partout et doit finalement céder aux assauts de Mark Webber à l'entame du 44e tour. Barrichello s'incline aussi face à Button et un peu plus face à Coulthard. L'équipe Ferrari est sortie des points...

Pendant ce temps, Massa ravitaille pour la seconde fois au 44e tour. Klien fait de même au 45e tour et Ralf Schumacher au 47e passage.

Ces ravitaillements permettent à Raikkonen de se hisser à la seconde place. Mais à huit tours de l'arrivée, le Finlandais est à treize secondes de l'Espagnol. Quant à Fisichella, il est troisième à moins de cinq secondes de la McLaren de Kimi. Le titre des constructeurs est donc assuré pour Renault, même si Raikkonen prend l'avantage sur Alonso en tête de la course...

Mais il était dit que nous n'étions pas au bout de nos surprises: Fisichella reçoit une pénalité pour une obstruction sur Raikkonen à l'entrée des stands. Fisichella décide de rentrer au 52e tour pour faire son passage par les stands. Il remonte en piste en quatrième position et assure, quoi qu'il arrive, le titre mondial des constructeurs à Renault.

Fin de course sans problème pour tout ce petit monde qui se laisse glisser jusqu'au drapeau à damier. Alonso remporte une victoire jamais sérieusement contestée, alors que Raikkonen doit se contenter de la seconde place.

Quant à Ralf Schumacher et Toyota, ils font une course tactique de toute beauté et obtiennent la troisième marche du podium. Suivent: Fisichella, Klien, Massa, Webber et Button pour les points.

La saison 2005 de F1 se termine par un triomphe total de l'équipe Renault. Flavio Briatore vient d'ailleurs se faire arroser de champagne sur le podium pour saluer l'exploit de ses troupes.

Prochain rendez-vous, l'année prochaine, au début du mois de mars. Mais d'ici là, il se passera beaucoup de choses avec l'arrivée des nouveaux moteurs V8. Restez en ligne car, cette intersaison risque bien d'être passionnante.
  • Meilleur tour : K. Raikkonen : 1'33"242
  • Le classement du GP :
1er
F. Alonso
2ème
K. Raikkonen
3ème
R. Schumacher
4ème
G. Fisichella
5ème
C. Klien
6ème
F. Massa
7ème
M. Webber
8ème
J. Button
9ème
D. Coulthard
10ème
J. Villeneuve
11ème
T. Monteiro
12ème
R. Barrichello
13ème
A. Pizzonia
14ème
R. Doornbos
15ème
J. Trulli
16ème
C. Albers
 

Texte de F1-Live

Date de création : 23/05/2013 - 22:28
Dernière modification : 21/06/2013 - 07:33
Catégorie : Saison 2005
Page lue 1570 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Connexion...
 Liste des membres Membres : 642

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2
^ Haut ^